Top News

Recevez la Newsletter

Côte d’Ivoire ‘’Security business’’

Les scènes d’intervention des compagnies de sécurité de Côte d’Ivoire, pendant lesquelles on voit des hommes en combinaison jaune et noir, font maintenant partie de la vie des citoyens de Marcory zone 4. Ses sociétés sont au nombre de 300 et sont la propriété d’anciens policiers, militaires ou gendarmes, d’hommes politiques ou d’affaires.

Côte d’Ivoire ‘’Security business’’

En 2002 la crise ivoirienne a provoqué la création de plusieurs entreprises de sécurité, chargées d’aider à faire régresser l’insécurité régnante et ceux de 2004 ont amené les étrangers à vivre dans des îlots qui nécessitent la protection que procurent ces entreprises. Elles emploient toutes sortent de personnes, même des étudiants diplômés qui attendent de trouver mieux et devient un secteur de plus en plus prisé par la population ivoirienne.

 

 

Il y avait plus 35 000 employés pour près de 100 entreprises en 2005. En 2009, ce chiffre a augmenté et selon les statistiques, il y aurait plus de 300 entreprises avec plus de 50 000 personnes.  Ce chiffre n’est pas le seul en mouvement car le chiffre d’affaires tout naturellement augmente aussi. En 2008, il gravitait autour de 50 milliards de francs CFA, et en 2009, il avait augmenté de 15%.

Tout le personnel de ces entreprises dont les clients les plus importants sont encore les filiales de multinationales, les organisations onusiennes, les ambassades, les sociétés d’Etat et les grandes surfaces, est habillé en jaune et noir, couleurs décidées par le gouvernement. Un membre de l’équipe d’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) déclare : « nos budgets de sécurité sont passés du simple au double et les entreprises se font du beurre avec la situation qui prévaut dans le bureau ».Lien + hotel Cotonou 


Ce secteur de l’économie nationale nécessite de nombreux investissements en termes de logistique de pointe et d’équipements moderne afin de se maintenir à flots : Matériels de vidéosurveillance et de télécommunication radio VHF, véhicules de patrouille et 4x4 d’intervention de marques américaines, camions de transport de troupes, grosses motos de liaison, fusils à pompe, revolvers gomm-cogne, matraques électriques et détecteurs de métaux sont jalousés par la police et la gendarmerie.

Avec de tels accessoires, l’Etat même les charge de missions particulières comme l’intelligence économique et militaire, la garde rapprochée de personnalités et la surveillance de sites sensibles et selon l’un d’entre eux, chef d’entreprise déclare : « les sociétés privées de sécurité ont les moyens d’intervenir en dix minutes, là où la police interviendrait en 30 minutes ou une heure ».

il est normal que toutes les entreprises n’aient pas les même performances et celles dont les propriétaires sont des expatriés parmi lesquelles la filiale de la multinationale G4 Securicor qui est en tête du classement, sont les plus performantes. 3 000 personnes travaillent pour ce groupe qui en 2009 a réalisé un chiffre d’affaires de 7 milliards de francs CFA et ne compte surement pas s’arrêter en si bon chemin « nous comptons réaliser une progression de notre activité d’au moins 10% cette année » selon les dires d’un des membres de la direction.

Ce group est suivi de près par risk Group et Vision, deux sociétés dont Frédéric Lafont, légionnaire français à la retraire est propriétaire. Ensemble, elles ont un effectif de 2 000 personnes, plusieurs véhicules tout terrains, plus de cent motos, deux avions et deux vedettes. Charles Kader Gooré, homme d’affaires ivoirien a racheté la société Omeifra Afrique, qui fait partie de ces entreprises en tête du secteur au français Daniel Coin mais a perdu son contrat de sécurisation de l’ambassade de France à cause de sa trop grande proximité connue avec le gouvernement actuel.

La société toute fois réalise toujours un chiffre d’affaires variant entre 3 et 4 milliards de francs CFA  avec un personnel de plus de 1 200 agents.


Les sociétés nationales à l’instar de Bip Assistance, avec comme propriétaire Tanny ehueni, ancien commandant supérieur de la gendarmerie et  proche de l’ex-président Henri Konan Bédié, représentent quand même des concurrents avec lesquels il faut compter. Cette société avait été en tête du marché en contrôlant toutes les demandes en son temps, mais maintenant se retrouve juste un niveau au dessus de MBS Security, Guardian’s, 911 sécurité, Flash, Lavegarde, Vigassistance, SMO….

La rumeur voudrait que les politiques et les proches du gouvernement aient monté des entreprises dans le but de ‘’caser’’ d’ex miliciens oisifs, ce qui pourraient être utilisés en remplacement de l’armée. Il n’est cependant pas évident de mettre un vrai nom sur les propriétaires qui se cachent derrière des ‘’prête-noms’’. Ces sociétés se mesurent en ingéniosité afin de se maintenir à la tête et pourquoi pas, passer à un niveau supérieur en créant des services autre que celui traditionnel de ‘’gardien’’ : escorte, garde rapprochée, convoyage de fonds, audit de sécurité, surveillance avec des chiens et sécurité événementielle.

De plus afin d’avoir des agents compétents et à la hauteur de leur tâche, des formations leurs sont données. Ces mesures ayant fait leurs preuves, les braquages n’ont cessé de diminuer. Une chose est sûre, ce secteur n’est pas près de disparaître car   :  les gens ont toujours besoin de sécurité et la fin de la crise par l’élection d’un nouveau président de la république ne le fera pas disparaître. Nous sommes confiants en l’avenir, nous n’avons aucune crainte pour le métier. Les perspectives sont bonnes. ».


A lire également sur notech-mag.com :

NOTECH-MAG a choisi
Société
Notech
Notech

http://www.notech-bj.com/

Notech est une société spécialisée en référencement naturel .

Vos Futurs Clients vous Cherchent ? Avec Nous, ils vous Trouvent !

Un référencement naturel performant permet d'accroitre votre visibilité sur Internet et de générer sur votre site un trafic qualifié.

Produits & Services

Webmarketing

contact@notech-bj.com

Tel :
(229) 21 30 64 39
(229) 90 93 11 33